sombrefatalbaiser

Gothique Vampirisme Satanisme
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ancienne coutume l'audanum

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sabrina Succube
Admin
avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 12/02/2010
Age : 52
Localisation : Drommondville Canada

MessageSujet: Ancienne coutume l'audanum   Jeu 18 Fév 2010, 2:20 pm

Le laudanum est une préparation à base d'alcaloïdes du pavot somnifère, disponible sous forme de gouttes, et dûment prescrit par un médecin, essentiellement dans le traitement symptomatique des diarrhées aiguës et chroniques, résistantes à tout autre traitement médicamenteux.

C'est généralement une teinture d'opium, quelquefois adoucie par du sucre et aussi appelée vin d'opium.
Historique

Au XVIe siècle, le médecin suisse Paracelse (1493-1541) expérimenta la valeur médicale de l'opium. Celle-ci était telle (analgésique très puissant) qu'il le nomma Laudanum, du latin laudare, louer, ou de labdanum, le terme pour un extrait de plante. Il ne connaissait pas ses propriétés addictives.

Au XIXe siècle, le laudanum était utilisé dans de nombreux cas pathologiques "pour soulager la douleur...pour amener le sommeil...pour apaiser des irritations...pour contrôler des sécrétions excessives...pour soutenir le système (immunitaire)...et comme un sudorifique". Parce que la pharmacopée de l'époque était limitée, les médicaments dérivés de l'opium comptaient parmi les plus efficaces ; ainsi le laudanum fut largement prescrit pour des maladies allant du simple rhume à la méningite, en passant par les maladies cardiaques, tant chez l'adulte que l'enfant.

Les ères Romantiques et Victoriennes furent marquées par la large diffusion du laudanum en Angleterre, en Europe et aux États-Unis. Ce fut d'abord une drogue répandue dans la classe ouvrière, car le laudanum, qui n'était pas taxé "Breuvage alcoolisé", était moins cher qu'une bouteille de gin ou de vin : c'était une médication à usage légal. Parmi les personnalités littéraires dépendantes du laudanum on peut relever : Coleridge, qui lutta misérablement contre son penchant durant une grande partie de sa vie d'adulte ; de Quincey ; Byron ; Mary Shelley, qui souffrait de violentes hallucinations causées par le laudanum ; Charles Dickens ; Lewis Carroll ; Antonin Artaud ; Wilkie Collins et Baudelaire. Il y eut aussi des personnalités politiques (Wilberforce, Meriwether Lewis) qui firent usage de cette drogue.

Un nombre incalculable de femmes de l'ère Victorienne se virent prescrire du laudanum pour soulager des crampes menstruelles et des douleurs latentes, et l'utilisaient pour parvenir au teint pâle associé à la tuberculose (la pâleur était recherchée par les femmes à cette époque). Les nourrices donnaient du laudanum à la cuillère aux enfants, dont beaucoup moururent mystérieusement, en réalité d'overdoses.
Revenir en haut Aller en bas
http://sombrefatalbaiser.superforum.fr
 
Ancienne coutume l'audanum
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dissertation sur la coutume
» dissertation : "l'oralité de la coutume"
» Cours de DIP
» "Père-Fouettard" vs. "Papa-Poule"
» aide dissert'

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sombrefatalbaiser :: Gothique-
Sauter vers: