sombrefatalbaiser

Gothique Vampirisme Satanisme
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ancienne coutume photographier les défunts

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sabrina Succube
Admin
avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 12/02/2010
Age : 51
Localisation : Drommondville Canada

MessageSujet: Ancienne coutume photographier les défunts   Lun 15 Fév 2010, 2:35 am

Encore une fois nous touchons un sujet délicat à aborder dans une société qui ne cesse de clamer qu'elle va vers l'avant au détriment de la beauté et de la sensibilité, qui elles se perdent à jamais.

Il faut bien le reconnaître, notre société "moderne et matérialiste" a un problème avec la mort, pourtant si naturelle puisqu'elle fait partie intégrante de notre vie, est-il plus cohérent de se leurrer en se croyant immortel.

Faisons un bond en arrière, en 1839 exactement, un artiste, Louis Daguerre donne naissance à l'un des premiers procédés photographiques, nommé daguerréotype, permettant la réalisation de portraits accessibles à tout le monde, il ne faut pas oublier qu'à cette époque, seules les personnes nanties pouvaient se permettre la réalisation du dernier portrait ou du masque mortuaire, la tradition du dernier portrait est d’origine royale.

Ces premières photographies, qui sont en fait des images sans négatif, exposées directement sur une surface en argent polie comme un miroir, affichaient une image de façon permanente, elles sont les premières à être utilisées commercialement.

C'est grâce à cette nouvelle méthode plus accessible, que les familles pouvaient se permettre plus aisément de garder un souvenir du défunt ; un mémento portrait.

On constate dès lors qu'il s'agit d'une pratique devenant courante qui se perpétua partout, surtout en Europe Occidentale et en Amérique du Nord.

Plus tard, les photographies post mortem de personnalités sont même choisies pour faire la couverture de L’Illustration (c’est le cas de Victor Hugo en 1885 et de Rodin en 1917).

On peut observer une évolution dans l'atmosphère de ces images, les premières photographies post-mortem contiennent le visage ou le corps, dans un décor naturel de façon à ce que la personne décédée donne l'impression de dormir, le cercueil n'apparaît pas.

Les enfants, dont le taux de mortalité est très élevé à cette époque, sont déposés dans leur berceaux, dans leur lit ou sur des divans, souvent leur jouet préféré les accompagne. Il est aussi fréquent que des parents posent près de leur défunt afin de reformer la famille telle qu'elle était avant la venue de la mort.

Il est bouleversant de constater le travail et le courage fournis par les proches pour que l'être cher enlevé, pose de manière naturelle, yeux ouverts, assis ou couchés. On colorie également certaines photos de teintes roses afin de donner une couleur parfaite au mort. La mode des photographies post mortem s'est étendue jusqu'aux animaux domestiques, ce qui est normal dans un sens, puisqu'ils faisaient également partie de la famille.


Ce n'est que quelques années plus tard, que l'aspect de ces photos changent, il y a moins d'efforts afin de donner un air de vie au trépassé, on peut alors constater l'arrivée du cercueil et le décor de la chambre mortuaire sur les images.

A cette époque, la photographie post mortem est souvent la seule image de la personne décédée, ultime preuve de son existence.

La photographie post mortem, n'est pas totalement révolue, elle est encore pratiquée dans certaines régions du monde, comme l'Europe orientale et certains pays de l'Est.

On distribue encore de nos jours des photographies de personnes considérées comme "Saint ou Sainte", aux fidèles catholiques ou aux Orthodoxes Chrétiens en Europe de l'Est .

"La communauté polonaise et la Pologne constituent un terrain d’investigation fort intéressant dans la mesure où d’importantes transformations structurelles ont amené ces populations, essentiellement de confession catholique, à remanier leurs pratiques et leurs imaginaires afin de les adapter aux nouvelles réalités sociales. Le rapport actuel de ces populations aux photos post-mortem en particulier, et plus généralement aux pratiques funéraires, sert de support à une réflexion sur l’évolution de la perception de la mort, sur l’usage familial de la photographie et, sur la transmission et l’évolution de la mémoire dans un contexte d’importants changements sociaux.".

Bonne réflexion que celle de l'anthropologue Emilie Jaworski.

Quand enfant, on découvre les photos post mortem de certains de ses ancêtres, on voit la mort avec un regard différent de celui pour qui ce sujet est tabou, c'est un bonheur de pouvoir découvrir les visages, sans vie peut-être, mais qui renaissent à nos yeux et marquent à tout jamais notre subconscient.
Revenir en haut Aller en bas
http://sombrefatalbaiser.superforum.fr
Sabrina Succube
Admin
avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 12/02/2010
Age : 51
Localisation : Drommondville Canada

MessageSujet: Ancienne coutume photographier les défunts   Lun 15 Fév 2010, 2:36 am

Revenir en haut Aller en bas
http://sombrefatalbaiser.superforum.fr
 
Ancienne coutume photographier les défunts
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» En communion avec nos défunts
» La Commémoration de tous les Fidèles Défunts, commentaire du jour "Toute la création gémit en travail d'enfantement..."
» Prière pour les défunts
» Toussaint : Quel cadeau pouvons-nous offrir à nos défunts ?
» La liste des défunts ....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sombrefatalbaiser :: Gothique-
Sauter vers: